Luxembourg Official Top150

6.6%

inflation forecast for 2022 and 5.3% for 2023

5367.849bn€

net assets under management in Luxembourg funds in May 2022

20.1%

increase in interest margin of credit institutions in the first quarter of 2022 compared to the same period in 2021

+ 3.4%

domestic employment over a year

All the news that’s fit to browse - October 2022

Léa Linster: La prophète (hors de son pays)

Première et unique femme à avoir reçu le prestigieux Bocuse d’Or en 1989, Léa Linster connaît depuis une reconnaissance internationale. Mais nul n’est prophète en son pays. Il n’y a qu’au Grand-Duché que son talent est discuté.

Ferran Adrià

Lorsqu’il a vu sur ma carte de visite que je venais du Luxembourg, le cuisinier catalan élu quatre fois meilleur Chef du monde dans son restaurant « ElBulli » s’est écrié avec un large sourire : « Léa Linster ! ». Et il m’a demandé de ses nouvelles. Lors de l’Exposition Universelle de Shanghai, c’est l’invitée de marque qui cuisine… sur le pavillon espagnol. Elle aurait adoré mitonner des plats pour les visiteurs du Pavillon Luxembourgeois, mais personne n’est venu solliciter ses services. Et cette reconnaissance n’est pas seulement liée à l’Espagne : en Allemagne, Léa signe une rubrique régulière dans le célèbre magazine Brigitte. Les gens la reconnaissent dans la rue. Ses voyages la mènent également régulièrement aux Etats-Unis et dans le reste du monde.

Passionnée

Léa Linster est issue d’une famille d’amoureux de la table. Ses grands-parents maternels sont boulangers pâtissiers et ses parents propriétaires d’un café-restaurant à Frisange. C’est donc naturellement qu’elle goûte   la cuisine dès son plus jeune âge mais à la différence des autres enfants, la passion guide Léa. A 6 ans, elle élabore son premier plat et dès l’âge de 15 ans, remplace sa mère aux fourneaux. Un talent inné pour la cuisine qui la poussera, en 1981, à arrêter ses études de droit pour reprendre le café-restaurant familial, transformé l’année suivante en restaurant gastronomique. Elle refuse de quitter Frisange ou le « restaurant Léa Linster » est un havre de paix ouvert sur la campagne Luxembourgeoise.

A la recherche du bonheur

Un esprit sain dans un corps sain, voilà la philosophie de Léa. Cela s’applique autant à la vie qu’à la cuisine. Avec sa brigade, elle attache beaucoup d’importance aux produits et cherche avant tout le goût, le vrai. Ses reproches à la cuisine moderne : s’égarer et mutiler les saveurs. Son ambition consiste à partager son amour des meilleurs produits pour rendre heureux ses clients. Il n’y a qu’à consulter la carte du restaurant pour se régaler : la selle d’agneau en croute, la poularde fermière ou le filet de sole rôti font recette. Grâce au Bocuse d’Or, obtenu en 1989, elle a pu travailler aux côtés de ses idoles : Paul Bocuse, Pierre Troisgros ou encore Joël Robuchon. Mais Léa refuse par-dessus tout le star-system et garde comme unique but le plaisir. Son rêve secret était de jouer au théâtre : elle a présenté sa propre émission de télévision « Léa’s KochLust », diffusée sur le Saarländischer Rundfunk. En 1996, Léa devient propriétaire d’un vignoble à Remich, prolongement naturel de son jardin et de son amour pour la cuisine raffinée.